Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photo : Les mangroves d'Agokpamé/E-Plus

Validé mardi 30 juin 2020 au cours d’un atelier de validation tenu à Aného dans la commune des Lacs 1, le rapport de diagnostic sur les opportunités de restauration des mangroves au Togo du projet PAPBio C1-Mangroves « de Gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Bénin » effectué par Agbozegué ONG, rentre dans sa phase de mise en œuvre.

Mis en place à il y a un moment, la plateforme mangrove (composée de plusieurs ONG et association de gouvernance locale etc.) qui se charge de la gestion des activités est à pied d’œuvre pour rendre les activités du projet concrètes. Il va s’agir de protéger les mangroves, faire le reboisement des palétuviers, la surveillance et créer des activités génératrices de revenus aux communautés riveraines qui sont prêtes à se servir de cette forêt précieuse pour leur besoins primaires.  https://www.youtube.com/watch?v=IiSw77_nqhY 

Dans les Lacs, l’écosystème de mangroves est à découvrir le long du Lac de Zébé jusqu’à Agbanakin. Autrefois, pour les populations d’Agokpamé, ces forêts leur servaient de bois de chauffe et d’outils de construction. « Nos grands parents coupaient ces mangroves pour faire la construction et cela servait aussi pour la cuisson. Il faut dire que c’est après les sensibilisations des ONG Cosol PG et AHD, que nous avons reconnu l’importance des mangroves. Et par la suite c’est le projet de réserves de biosphère avec Cosol Pg qui nous a permis d’avoir des visites de plusieurs organisations étrangères qui sont venus visiter notre site des oiseaux » a laissé entendre Anani Assion, président de la Fédération des Associations de Hoété du Chenal Gbaga (FAH GBAGA).

http:// https://www.youtube.com/watch?v=IiSw77_nqhYLe paysage de mangrove au Togo présente une grande potentialité faunique et certainement une des plus importantes parmi les paysages de mangroves Mono - Volta. Les mangroves sont des écosystèmes très productifs et à usages multiples. Elles fournissent aux populations du bois, des crustacées, des poissons, de nombreux produits forestiers non ligneux, des pâturages, des services de régulation (climat, eaux potables et inondations), etc. leur dégradation est parfois due à l’action humanitaire et surtout aux besoins de l’homme, d’où une variation.

Aujourd’hui avec le projet PAPBio C1 – mangroves, le site d’Agokpamé bénéficiera de trois types activités qui vont permettre au Chenal Gbaga d’attirer plus de touristes vers son île d’oiseux. « Avec PAPBio nous allons faire de nouveaux reboisements. Il y a des parties où il n’y a pas de mangroves, là nous allons mettre des palétuviers pour combler les trous. Dans ce processus, nous aurons aussi à faire une surveillance selon les activités inscrites au programme de ce projet. Nous aurons des barques pour cette surveillance d’ici jusqu’à Agbanakin. La troisième chose est la création des activités génératrice de revenus pour la communauté. Si cela est fait, ces dernières ne vont plus chercher à couper les mangroves pour vendre avant de manger » a ajouté Anani Assion, président de FAH GBAGA.

D’ici là, plusieurs activités seront exécuté sur plusieurs sites à savoir : Forêt Sacrée d'Akissa, Chenal de Gbaga - îles en face de Aného, Réserve de Biosphère Transfrontalière du Mono (priorité donnée à des activités transfrontalières) tous au Togo, Bouche du Roy – île au sel, Commune de Ouidah, Réserve de Biosphère Transfrontalière du Mono (priorité donnée à des activités transfrontalières) tous au Bénin, Korsikope-Dzisakope Area, Anyanui creek Corridor, Galotse Area, Agortoe Area et Bomigo Area tous au Ghana.

Rappelons qu’au Togo, la plateforme mangroves mise place est présidée par l’ONG Agbozégué.

AKH

Tag(s) : #DOSSIERS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :