Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les acteurs impliqués participants

Le Togo valide enfin son texte de projet de loi sur la protection des espèces menacées. Les acteurs impliqués dans la rédaction et l’application se retrouvent à Lomé les 17 et 18 juin 2021 pour enfin valider les textes et permettre au Togo d’avoir un instrument juridique de protection efficace.

La direction des ressources forestières, avec l'appui financier de la Banque mondiale à travers le projet WACA, organise depuis jeudi 17 18 juin 2021 à Lomé, un atelier de validation des projets de textes d'application du projet de loi portant protection et contrôle du commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

En effet, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, dite CITES, ou Convention de Washington a pour objectif de garantir que le commerce international des espèces inscrites dans ses annexes, ainsi que des parties et produits qui en sont issus, ne nuit pas à la conservation de la biodiversité et repose sur une utilisation durable des espèces sauvages.

La signature pour la planification des actions pour l’élaboration et l’adoption de la loi portant mise en œuvre de la Convention CITES au Togo a eu lieu le 03 janvier 2017. Mais avant cela, plusieurs actes, conventions ou engagements similaires ont été signés par le pays démontrant son attachement à la prise en compte de l’environnement dans les priorités nationales. Il s’agit notamment de la Convention des Nations-Unies sur la lutte contre la désertification, la Convention des Nations-Unies sur les Changements Climatiques, la Convention sur les zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d'eau (Convention de RAMSAR), la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS), la Convention sur le patrimoine mondial et naturel de l’UNESCO (WHC), etc. Toutefois ces actions n’ont pas amélioré de façon substantielle la conservation et l’utilisation durables de la diversité biologique et des espèces menacées d’extinction.

Aujourd’hui, si le Togo se donne ce devoir de mettre en place un texte juridique pour une protection efficace des spécimens de faune et de flore sauvages, l’on peut s’en réjouir. Car depuis longtemps, plusieurs braconniers sont déjà derrière les barreaux pour avoir tuer ces espèces menacées, vendus des spécimens de faune et de flore ou encore arrêtés avec ces ressources.

Ainsi, pendant les deux jours des travaux, les 17 et 18 juin, la quarantaine de participants venus des Ministères chargés de l'environnement, de l'économie et des finances, de l'agriculture, du tourisme, du commerce, de la justice, de la santé, de l'administration territoriale, de l'urbanisme, de l'économie maritime, de l'enseignement supérieur et de la recherche, du Secrétariat général du gouvernement, des ONG et des organisations de la société civile, sont appelés à examiner  les projets de textes d'application devant accompagner le projet de loi CITES validé en 2019 pour permettre au Togo de se doter d'instruments juridiques pour une protection efficace des spécimens de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.

La Rédaction

Tag(s) : #ACTUALITES
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :