Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
E-PLUS MEDIAS

ANEHO DANS LA MER : LE PNC DU TOGO ABSENT ?

Un plan de prévention du risque inondation ou plan de prévention des risques d'inondation rédigé par bon nombre de pays pour lutter contre les inondations est un document émanant de l'autorité publique, destiné à évaluer les zones pouvant subir des inondations et proposant des remèdes techniques, juridiques et humains pour y faire face.

C'est un document stratégique, cartographique et réglementaire. Il définit les règles de constructibilité dans les secteurs susceptibles d'être inondés. La délimitation des zones est basée sur les crues de réference, et c'est en ce sens que ces documents sont souvent remis en question, notamment en raison du contexte de dérèglement climatique.

Depuis plusieurs siècles les lois ont encouragé la destruction des zones humides, puis du bocage et favorisé un aménagement du territoire (agriculture intensive, imperméabilisation des sols...) qui a souvent aggravé le risque d'inondation, la puissance et la brutalité de la montée des eaux.

Une prise de conscience a peu à peu émergé et influencé le droit qui a imposé des mesures d'évaluation, de prévention et parfois de compensation voire de réparation.

Au Togo, le gouvernement après les inondations graves, mortels et destructives des années 2007 à 2011 et de 2013 à 2014, s’est donné le devoir de repenser les choses et réduire ces risques dans les années à suivre ; ainsi de mai 2015 en mars 2016, après une longue étude, les autorités sont arrivées à sortir un PNC dit cinquième édition, dénommé Plan National de Contingence Multirisques du Togo.

Depuis très longtemps, la ville d’Aného, une ville très capitale du Togo souffre de l’érosion côtière et risque de disparaitre dans les années à venir. Le gouvernement par son projet d’Agetur, avait remodelé les côtes en y mettant les gros « cailloux » pour ralentir la force de l’avancer de la mer. Les 09 et 10 juin, les populations d’Aného se sont réveillées avec la mer et le lac. Rien de prévisible. Les autorités sont appelés à mettre les bouchons double pour sauver l’image d’une ancienne capitale du Togo.

Aujourd’hui, nous sommes en 2017 et les populations de Bas-mono, des Lacs et autres souffrent. En 2016, les inondations ont sévis dans les plateaux et maritime voire la centrale.

Cette cinquième édition doit répondre au souci d’actualisation du Plan National de Contingence (PNC) en adéquation avec l’évolution du profil humanitaire du pays. Elle prend en compte les expériences réussies en termes de coordination et de mise en œuvre des interventions, lors de la gestion des situations d’urgence antérieures.

Le Plan de Contingence propose une synthèse des connaissances sur les aléas récurrents dans le pays avant de faire des projections pour la gestion des situations de crise que pourraient causer les aléas les plus probables dans la période couverte par ce plan, à savoir Mai 2015 – Mars 2016.

Il s’agit d’un outil de planification destiné aux acteurs nationaux et aux partenaires pour apporter secours et assistance aux populations affectées et vulnérables, de la manière la plus rapide et la plus efficace possible en évitant les pertes de temps, la duplication des interventions, les omissions, voire les injustices, dans le respect des principes humanitaires universels.

Le présent Plan National de Contingence met un accent particulier sur l’implication beaucoup plus forte des régions et des communautés à la base dans les différents processus de préparation et de gestion. Pour ce faire, il s’inscrit davantage dans le processus de décentralisation en cours dans le pays.

Hervé Le prince

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article