Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
E-PLUS MEDIA

TRESSAGE DE FILET : LES FEMMES SE FONT REMARQUEES

Les femmes des villages sont souvent laissées pour compte par leur mari. La seule activité à laquelle elles se donnent est l’agriculture. Du matin au soir, elles passent la plus grande partie de tout son temps à faire les travaux champêtres. Chez d’autres, elles l’accompagnent souvent avec le commerce. Revenues des champs, elles ne perdent pas assez de temps avant de reprendre le chemin des marchés. D’autres vont plus loin et font d’autres tâches. C’est le cas de certaines femmes de la préfecture de Yoto, le tressage de filet.

Le tressage de filet est un métier autrefois réservé aux hommes. Aujourd’hui, l’on constate que nombreuses sont ces femmes qui se donnent tous les travaux que les hommes font. Dans ce métier de tressage de filet, les femmes des villages qui longent le mono sont plus présentes et formidables.

Le tressage de filet est un travail que font souvent les hommes. C’est l’activité première des hommes pêcheurs. Ce qui est rare, c’est la présence des femmes dans cette activité.

Aujourd’hui, dans le 21ième siècle où l’on parle de la mondialisation et de la globalisation, la femme s’inscrit au bout milieu du développement durable auquel aspire le monde entier. La parité homme-femme ou le terme émancipation de la femme est rentré en vigueur avec l’effort que fournissent ces dernières face à l’homme.

Les activités agricoles auxquelles s’ajoutent d’autres rapportent mieux pour ces femmes qui refusent d’être à la charge de leur mari.

Les femmes tresseuses de filet dans le Yoto sont aussi nombreuses que nous pouvons les retrouvés ailleurs dans les communautés sur le long du mono. Le développement durable de nos communautés dans le domaine de l’agriculture, de la pêche et autres activités connexes prend son envol avec la présence effective des femmes sur tous les fronts.

Rédaction

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article