Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Seance de travail (Salle de réunion préfecture)

D’un montant total estimé à deux cent millions (200.000.000) de nos francs Cfa, le projet d’extraction mécanisée du sable du fleuve mono à Agomé-Séva porté par la Société BERJ BUSINESS a regroupé les autorités administrative et forestière de la préfecture de Bas-Mono, des acteurs de développement, des représentants de l’Agence Nationale de Gestion Environnementale (ANGE) et des experts en environnement le vendredi 16 février 2018 dans les locaux de la préfecture de Bas-Mono. Cette rencontre a pour objectif d’évaluer le rapport effectué sur le terrain et pouvoir lancer les activités d’extraction.

Ce projet consiste essentiellement en l’extraction par dragage des bancs de sables entassés à l’intérieur du fleuve Mono dans la localité d’Agomé-Séva en vue de sa mise à disposition des travaux de génie civil dans la région Maritime. L’entreprise aura donc à faire une production mensuelle estimée à 7.000 m3. Ledit projet d’extraction mécanisée du sable du fleuve mono à Agomé-Séva dans le Bas-mono a pour objectif de satisfaire la demande en sable des travaux de construction du secteur des bâtiments et travaux publics, offrir aux entrepreneurs une gamme variée du sable pour la réalisation des ouvrages de génie civil, augmenter les revenus de la société et contribuer à la réduction du taux de chômage sur le plan national.

Ces objectifs que poursuit la Société BERJ BUSINESS ont des enjeux pertinents et s’illustrent entre la maitrise des risques d’accidents de circulation, la situation des habitations et des plantations privée dans la zone d’influence directe et sur le site de stockage etc.

A cet effet, une étude d’impact environnemental et social a été menée dans ledit village. Le but de cette Etude d’Impact Environnemental et Social est d’apporter aux décideurs les informations suffisantes pour justifier du point de vue environnemental, l’acceptation ou la modification, voire le rejet du projet à exécuter.

Au cours des débats, il ressort du document, plusieurs insuffisances qui ne concourent pas à la facilité de l’exécution du projet.

La Société BERJ BUSINESS, les émissaires du ministère de l’environnement, de l’ANGE et certains acteurs ont été interdit de visite sur le site en question dans la matinée du 16 février 2018 avant le début de la rencontre à cause des problèmes terriens et la non implication totale des populations et du chef de village dans ledit projet. Un problème qui reste jusque là difficile à comprendre.

Rappelons qu’une délégation du village d’Agomé-Séva de plus de quarante (40) personnes était déjà la veille, 15 février 2018 chez le préfet de Bas-Mono pour problèmes concernant cette extraction de sable.

Il y a de cela quelques mois, une usine d’extraction chinoise s’est installée dans le village d’Agbétiko pour la même cause d’extraction de sable. La vigilance des populations a poussé le premier responsable à voir dans l’assiette afin d’éclairer les populations sur les retombés bénéfiques.

Jusqu’à nos jours, plus de soucis avec cette usine chinoise. Mais le contrat d’extraction reste toujours un peu privé. C’est enfin le tour d’Agomé-Séva avec cette société BERJ BUSINESS.

Quel type de canton Agbétiko est-il, jusqu’au point où son sable devienne source de querelle, de division et de non développement des populations ? Nous y reviendrons dans ce dossier d’extraction de sable dans ce canton.

Hervé A.

Tag(s) : #DOSSIERS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :