Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après la triste nouvelle qui a mis tous les consommateurs de produits halieutiques en tristesse depuis la semaine du 22 mai 2018, les résultats sont enfin connus. L’analyse de l’eau, des poissons et des sédiments prélevés ont été envoyé au ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche dans la soirée du vendredi 25 mai 2018. Voici le contenu de la lettre de l’analyse envoyé au ministre concerné par le Laboratoire Central de Contrôle de la Sécurité Sanitaire des Aliments (LCSSA).

Selon la lettre envoyée au ministre de l’élevage suite à la récente intoxication des poissons survenue dans le Lac Toho d’Athièmé, le Laboratoire Central de Contrôle de la Sécurité Sanitaire des Aliments (LCSSA) a procédé lundi 21 mai 2018 à différents prélèvements afin de mener les explorations devant permettre d’élucider les causes d’un tel drame.

Deux sortes d’analyses ont été faites. Il s’agit des explorations sur les grandes familles de pesticides et de médicaments vétérinaires. Voici les résultats :

Pesticides :

  • Recherche des Organochlorés : négatif
  • Recherche des Organophosphorés : négatif
  • Recherche des Carbamates : négatif
  • Recherche des Pyréthrinoïdes : négatif

Médicaments vétérinaires :

  • Recherche des Beta-lactames (Pénicilline G) : négatif
  • Recherche des Amphénicols (Chloramphénicol) : négatif
  • Recherche des Macrolides (Erythromycine) : négatif
  • Recherche des Tétracyclines (Tétracycline) : positif
  • Recherche des Sulfamides (sulfamétazine) : positif

En deuxième lieu, les analyses du pH et de l’alcalinité de l’eau ont suivies :

  • pH : 7.2
  • Alcalinité : Nulle

Le commentaire des résultats énumérés ci-dessus convient d’observer :

  • Qu’aucune des matrices (eaux, poissons, sédiments) ne contient les quatre (04) grandes familles de pesticides ;
  • Deux familles importantes de médicaments vétérinaires (Tétracyclines et sulfamides) ont été décelés dans la chair des poissons, mais non dans l’eau et dans les sédiments ; présence probablement due à leur usage dans le bassin des alevins ;
  • Que le pH et l’alcalinité de l’eau sont neutres.

L’hypothèse d’une contamination des eaux du Lac par une quelconque famille de pesticide ou de médicaments vétérinaires est donc à exclure.

Pour finir, la lettre chute sur ce qui suit : Au regard du degré du phénomène (mort massive), on pourrait penser à une intoxication aigue par contamination chimique venant d’une source endogène au lac par infiltration souterraine.

Cellule de communication ANEDD

 

Tag(s) : #DOSSIERS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :