Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Djagblé est une localité située à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Lomé dans la préfecture du Zio. C’est elle qui abrite le projet de la culture du riz lancé en février dernier par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé.  Cette localité est aujourd’hui dans un mauvais drap de droit sur leurs terres et le dédommagement. Où en sont-ils ?

Les propriétaires terriens dans la plaine de Djagblé depuis longtemps ont manifesté leur mécontentement à l’endroit des instigateurs du projet de riziculture dans leur milieu. Il y a de cela deux mois, ces populations ont exprimé leur ras-le-bol pour interdire le hold up des décideurs du gouvernement togolais sur la survie des habitants de Djagblé. Après ce mécanisme de mécontentement, un calme était installé pour éclairer les acquéreurs de la plaine de Djagblé, ceci ne durera que pour un petit moment.

Une rencontre des plaignants et la presse a donné une nouvelle orientation à cette mélancolie des propriétaires de la dite plaine. La suite, c’est encore ce mouvement du 11 juin dernier de l’expropriation et de la spoliation de leurs terres.

Depuis le début de ce mois de juillet 2018, les choses semblent rentrer dans l’ordre. Ces derniers notent déjà une légère amélioration de leur situation quelques jours seulement après voir crié le haro sur la réalisation du projet de riziculture dans la localité. Ils commencent donc par pousser un ouf grâce aux propositions à eux faites par le directeur du projet.

Le bureau national des acquéreurs présidé par Togbui Koffi Agbavi ont eu une discussion franche et honnête avec Honoré Tchawalasou, le directeur du Projet de développement rural de la plaine de Djagblé (PDRD). De ces discussions, une lueur de sourire peut se lire sur les visages et pourra engendrer une bonne réponse. «  Il nous a été dit que tout propriétaire d’un lot, recevra demi lot. Autrement dit, c’est la moitié de ce que nous avons acquis qui nous reviendra à Djagblé ou à Avéta. A partir de 4 lots, le propriétaire disposera d’un droit immobilier sur son terrain et sera payé par conséquent. Pour les terrains bâtis, le bâtiment sera évalué et chaque propriétaire concerné sera indemnisé » a laissant entendre Togbui Koffi Agbavi.

Tous les espoirs sont donc posés sur ces paroles et promesses du directeur du projet et du gouvernement qui se donne depuis le début de ces bouleversements pour mettre fin aux inquiétudes.

Rédaction / Anedd

Tag(s) : #DOSSIERS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :