Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
E-PLUS MEDIAS

COMMUNAUTE / SANTE : OU EST LA PLACE DE LA MEDECINE TRADITIONNELLE ?

La Coopérative de Solidarité  Partenê Group, une ONG spécialisée dans le développement durable et communautaire (Cosol Pg) a tenue du 03 au 05 janvier 2018 un colloque sur la « Santé-Communauté-Environnement » à Lomé. Cette première édition a vue la présence de plusieurs médecins, chercheurs des universités de l’Afrique de l’Ouest et de l’Université de Iowa aux USA. De cette rencontre est sortie beaucoup de propositions dont la communication autour de la médicine traditionnelle.

Les discussions de ce colloque ont pour la plupart porté sur la santé et la médecine traditionnelle. Ceci fut aussi l’un des objectifs poursuivis par l’Ong Cosol Pg, organisatrice de la dite rencontre.

L’intervention de Monsieur Okaté AKPO-GNANDI du ministère de la santé, qui a présenté la communication sur la vulgarisation et mise en œuvre des résultats de recherche en ethnomédecine, avait permis un débat sur la médecine traditionnelle. Selon Okaté AKPO-GNANDI du ministère de la santé, les recherches se poursuivent sur les plantes médicales et leur utilisation dans la santé et bientôt il y aura une vulgarisation des résultats pour permettre une meilleure médecine traditionnelle.

 

RETOUR SUR LE COLLOQUE DU 03 AU 05 JANVIER 2018 DE COSOL PG

« Organisé par la Coopérative de Solidarité  Partenê Group, une ONG spécialisée dans le développement durable et communautaire, ce colloque a permis aux chercheurs et universitaire de Lomé, Kara, Dakar et Abidjan de se prononcer sur des différents thèmes à savoir Santé, changements climatiques et défis environnementaux, défis sanitaires et réponses communautaires, santé publique et produits chimiques et les conséquences des changements climatiques.

En ouvrant les activités dudit colloque, le premier vice-président de l’université de Lomé, Komlan BATAWILA a exhorté les participants à porter une réelle attention aux discussions et débats en vue permettre une évolution dans le domaine sanitaire de notre pays. « Permettez que je souhaite la bienvenue à nos amis de l’Université de Iowa des USA parmi nous. Leur venue ne sera pas veine, car nous allons faire beaucoup d’échanges. Le thème du colloque est très capitale : Santé-Communauté-Environnement. Je vous invite à participer activement aux échanges qui, je crois seront très bénéfique à nous tous. Je profite également pour féliciter les organisateurs, je veux parler de l’Ong Cosol PG » a-t-il laissé entendre.

Les présentations ont porté sur les recherches dans le domaine de la santé communautaire et l’environnement, les défis de l’Alliance Santé-Environnement en Afrique de l’Ouest, la Vulgarisation et mise en œuvre des résultats en ethnomédecine : les pratiques probantes pour une ethnomédecine sûre, l’Incidence de la variabilité climatique et des modifications environnementales dans la persistance du paludisme dans la banlieue de Dakar, Inégalités environnementales sur la santé des populations de la zone portuaire à Lomé. L’intervention de Monsieur Okaté AKPO-GNANDI du ministère de la santé, qui a présenté la communication sur la vulgarisation et mise en œuvre des résultats de recherche en ethnomédecine, a ouvert un grand débat sur la médecine traditionnelle. Selon Okaté AKPO-GNANDI du ministère de la santé, les recherches se poursuivent et bientôt il y aura une vulgarisation des résultats pour permettre une meilleure médecine traditionnelle. « Il faut dire que nos recherches continuent. Tout ce que nous avons trouvé jusqu’ici, nous sommes en train de mettre sur pied un programme de vulgarisation. La médecine traditionnelle n’est pas mauvaise comme l’affirment souvent certaines personnes ; au ministère de la santé, il y a des travaux qui se font pour remettre les praticiens de la médecine traditionnelle dans leur rôle » a insisté Okaté AKPO-GNANDI.

Rappelons qu’à l’ouverture, le Coordonnateur de Cosol Pg a situé le cadre du colloque en insistant sur les bonnes relations qui naitront à la fin. « Nous nous basons sur les recherches des autres pour permettre une promotion dans la santé communautaire. Il est bien que nos communautés ont beaucoup d’acquis dans l’utilisation des plantes médicinales et nous voudrions bien aider ces praticiens de la médecine traditionnelle à utiliser autrement ces plantes et que ces produits soient reconnus, valoriser et vulgariser. Il faut dire que ce colloque ce situe dans la ligne droite des objectifs de notre ONG qui est le développement durable et communautaire. Nous croyons qu’à la fin de cette rencontre, beaucoup de relation vont être noué surtout entre les universités de Iowa et de Lomé pour une création d’un centre de recherche que nous souhaitons tant » a stipulé Kpati Komlan AGUEY, coordonnateur de Cosol PG.

La rencontre s’est poursuivie le jeudi 04 et a pris fin vendredi 05 janvier 2018 avec une visite dans la plus grande forêt sacrée d’Afrique ; la forêt Akissa-houngba, situé dans le canton d’Aklakou, préfecture des Lacs, au sud de la région maritime. »

-------

La médecine traditionnelle doit reprendre sa place. Pendant des millénaires, des malades à travers le monde ont été soignés à l'aide de médicaments à base de plantes et de matière animale transmis de génération en génération.

En Afrique, la plupart de la population continue d'utiliser des médicaments traditionnels plutôt que des médicaments modernes pour les soins de santé primaires.

Par cette médecine, l’homme prend des tisanes pour se guérir. Cette pratique d’utilisation des plantes pour se soigner date des millénaires. A travers les âges, de nombreuses civilisations ont exploité leurs bienfaits que ce soit en Mésopotamie, dans l'Egypte antique, en Inde avec la célèbre médecine ayurvédique, au Pérou ou en Chine où la pharmacopée recense plusieurs centaines de plantes médicinales. L'une des formes les plus traditionnelles qui soient est la tisane.

La tisane a de véritables bienfaits. C’est donc un moyen très accessible de profiter des bienfaits de la phytothérapie. Elle consiste à extraire les composés aromatiques des plantes par différentes méthodes de préparation telles que la macération, la décoction ou l’infusion de matériel végétal (fleurs fraîches ou séchées, tiges, racines, feuilles) généralement dans de l’eau chaude. Pour peu que la plante soit de bonne qualité, la tisane est un outil thérapeutique assez fiable.

Après les activités de Cosol Pg, tous les espoirs sont donc tournés vers cette organisation pour que les débats, recommandations, les échanges assortis du colloque soient appliqué pour le bien des communautés.

Il faut donc qu’à travers le monde, chercheurs, décideurs politiques, sociétés pharmaceutiques et guérisseurs traditionnels unissent leurs forces pour faire entrer la médecine traditionnelle dans nos pratiques quotidienne dans ce 21è siècle.

Hervé Komi Adjaho

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article