Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
E-PLUS MEDIAS

COP24 / ECHO DE POLOGNE : DOUTE SUR L’ACCORD DE PARIS – VERS UN PLAN D’ACTION DE KATOWICE POUR LA TRANSITION JUSTE

Il se tient depuis le lundi 03 décembre et ce jusqu’au vendredi 14 décembre 2018 la 24ième conférence des nations sur le climat à Katowice, en terre polonaise. Cette conférence reviendra sur le document de l’accord de paris qui a suscité beaucoup de discussion à Bonn lors de la 23ième Cop.

La Cop24 qui a démarré depuis huit (8) jours au sud de la Pologne a essentiellement deux objectifs : faire aboutir les négociations sur les règles d’application de l’Accord de Paris et avancer sur le dialogue de Talanoa pour la relève de l’ambition d’ici 2020.

En effet, l’Accord de Paris, acté lors de la COP21 à Paris en 2015, ne définit que les principaux éléments de la nouvelle gouvernance internationale pour le climat. Les pays signataires en négocient les modalités de mise en œuvre depuis la COP22 organisée à Marrakech en 2016. Nombreux ils sont à s’engager à finaliser la définition des règles de mise en œuvre de cet Accord de Paris au cours de cette conférence en terre polonaise.

Ensuite, lors de la COP23, le dialogue de facilitation a été renommé Dialogue de Talanoa. Le nouveau dialogue de facilitation a commencé en janvier 2018 afin de préparer l’ouverture de cette COP24 à Katowice. Mais l'objectif reste semblable : évaluer l’impact des efforts des pays afin de maintenir ou réduire leurs émissions globales pour répondre à l’objectif de -2°C prévu par l’Accord de Paris. Or, selon le dernier rapport du PNUE, "Emissions Gap Report", les contributions nationales actuelles nous mène sur une trajectoire de réchauffement de 3,2°C d’ici la fin du siècle. Aussi, les pays signataires devront définir des financements « climat » qui inclut l’assistance internationale aux victimes des changements climatiques.

Les enjeux de cette 24ième conférence sont donc grands et à la fin, un « plan d’action de Katowice pour la transition juste » devrait y être adopté. Ce « plan d’action pour la transition juste » permettra de :  

  • Récolter des informations concernant le soutien aux travailleurs et communautés en transition
  • Créer des lignes directrices pour les politiques climatiques des différents pays
  • Y intégrer la référence de transition juste, travail décent, création et maintien d’emplois de qualité, à leurs politiques climatiques
  • Encourager les entités en charge de la finance climatique avec un mandat pour qu’ils participent à des projets porteurs d’emplois dans les pays en transition vers une économie bas carbone

Concernant le Rulebook de l'Accord de Paris, de nombreux éléments techniques ont été tranchés et le texte a largement été épuré. Reste désormais à débattre des notions de différenciation et de flexibilité laissée au pays en voie de développement pour l'atténuation, des délais d'adoption des mêmes règles par tous les pays ou encore de l'intégrité environnementale des marchés du carbone.

Quant à la question de l’ambition, au cœur des discussions mardi 11 et mercredi 12 décembre avec l’ouverture du Dialogue de Talanoa, la déception est pour l’instant de mise. Les États-Unis, la Russie, l'Arabie Saoudite et le Koweït se sont opposés samedi dernier à ce que le Rulebook fasse référence au Rapport spécial du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur un monde à 1,5°C. Ils ont rejeté la mention "d'un accueil favorable" du rapport par les parties, et l'ont remplacé par "prennent note". Sans consensus, le texte ne fait pour l'instant pas référence au Giec.

Pour le moment, les discussions se poursuivent entre ces pays décideurs. Que de bonnes décisions sortent de cette Cop ou pas, tous les pays plieront bagage le 14 décembre 2018.

La Rédaction

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article