Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EPLUS MEDIAS 228

NANGBETO FERME SES VANNES : MAIS CE N’EST PAS FINI

« Les hauteurs de pluie enregistrées dans le bassin versant sont pratiquement nulles partout. Toutes les vannes sont fermées depuis 04h05 de ce mercredi 16 octobre 2019 et le total en aval est à 227 m3/s contre 750 qui inondent. Toute fois si les pluies reprennent selon la prévision Méteo, les vannes seront ouvertes à nouveau ». C’est le message que nous avons reçu de la direction de Nangbéto ce matin.

Photo: Barrage de Nangbéto

En effet, l’ouverture des vannes du barrage et la montée du niveau des eaux de rivières et du fleuve Mono depuis quelques semaines ont engendré déjà deux décès (enfants de 6 et 11 ans) dans le Moyen-mono et le Bas-mono. Les localités en aval de Nangbéto souffrent depuis un moment.

En rappel, l’ouverture des vannes de Nangbéto est souvent causée par le trop de pluies en amont du barrage de Nangbéto et  le barrage de la sucrerie d'Anié (SINTO) qui était plein au début du mois de septembre et qui continue toujours par évacuer dans le Mono en direction de Nangbéto. C'est alors que Nangbéto s’est vu dans l'obligation de laisser passer tout ce qui arrive. Au même moment s'ajoutent des eaux de six (6) autres fleuves en aval de Nangbeto. Il s'agit des fleuves: Amou,  Amouchou, Asrama, Kra, Klicon et Lahougan.

Pour le Directeur de Nangbéto, Pascal KPANGON, il faut savoir que ce n’est pas Nangbéto qui est le malheur des localités en aval. « Je pense que nous devons retenir que la Centrale de Nangbéto n'est pas une source de production d'eau mais elle sert à réguler le courant d'eau. Qu'on veuille ou pas nos frères seront inondés en période de crue car ils sont en aval de cette source naturelle d'eau. Dans ces cas de figure, la solution était de construire des barrages en cascade sur le lit du fleuve mono. La construction du barrage d'Adjarala serait un exemple » a-t-il expliqué.

Hervé A.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article