Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sam Kudzo N. GBEMOU, Correspondant Pays ICAF

La journée internationale de l’environnement est célébrée tous les 05 juin. En cette année 2021, le thème est : « la restauration des écosystèmes ». La Journée mondiale de l'environnement 2021 verra aussi le lancement de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. C’est dans ce cadre que depuis des années déjà, l’ICAF (Initiative Climat Afrique Francophone) s’active sur le terrain à restaurer le sol et permettre une harmonie entre l’homme et la nature.

Et à l’orée de cette commémoration de l’édition 2021, notre rédaction s’est entretenue avec le correspondant pays de l’ICAF, Sam Kudzo N. GBEMOU afin de connaitre leurs objectifs et actions.

Monsieur Sam Kudzo N. GBEMOU, vous êtes Président de l’association JSA, et Correspondant – Pays Initiatives Climat Afrique Francophone (ICAF). Parlez-nous de l’ICAF .

L’Initiative Climat Afrique Francophone (ICAF) a pour objectif de contribuer de façon positive à la prise de conscience sur les enjeux du changement climatique et leurs impacts sur le développement humain. Cette initiative a pris corps lors de la COP22 avec l’accord de Paris où les pays francophones se sont dits : nous allons mettre en place une initiative pour apporter pierre aux questions des changements climatiques.

Alors comment fonctionne cette initiative ?

Il faut dire que l’une des idées de l’ICAF est de regrouper les acteurs pour des formations coopératives où se partage des expériences et ces expériences sont appliquées au niveau des différents pays. Donc, nous travaillons sur les questions liées à la restauration du sol, les semences paysannes, les biofertilisants, régénération naturelle assistée (RNA), bref l’agroforesterie ainsi que l’économie verte, les charbons verts etc. c’est un peu dans ces domaines qu’intervient ICAF en regroupant ses acteurs dans différents pays.

D’autres actions que mène ICAF ?

Chaque année il y a des trophées qui sont décernées aux différents acteurs dans les différents secteurs qui contribuent à la préservation de l’environnement. Ces personnes sont des personnes morales ou physiques qui œuvrent contre les effets négatifs du changement climatiques dans l’espace Afrique francophone. C’est en quelques sorte ce que fait ICAF pour encourager et contribuer à la protection de l’environnement.

Récemment, il y a eu une activité à Cotonou au Bénin. C’était à propos de quoi ?

Oui, la semaine dernière, il y a eu les acteurs de 8 pays qui se sont retrouvés à Cotonou (Bénin) pour une formation collaborative sur les biofertilisants et bien la semaine prochaine du 08 au 11 juin nous serons à Ouagadougou (Burkina Faso) à un atelier international de formation collaborative sur la technique de la régénération naturelle assistée (RNA) des exploitations agricoles en Afrique. Il y aura 8 pays africains qui seront représenté à savoir le Burkina, Bénin, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Tchad et la Côte d’Ivoire. Les participants sont de différentes obédiences, il y a des agriculteurs pratiquant de la RNA, des ONG d’appui à la RNA et la recherche scientifique spécialisée en agroforesterie. Disons donc que nous sommes dans cet élan là pour la préservation de l’environnement.

Parlons à présent de la journée mondiale de l’environnement du 05 juin

Cette année le thème de la journée porte sur la restauration des écosystèmes et il faut dire qu’il y a plusieurs formes d’écosystèmes. Pour nous à ICAF, nous sommes déjà dans une formation collaborative qui rentre dans la régénérescence des écosystèmes au niveau des paysages agricole voilà, pour nous, nous sommes déjà dans la droite ligne pour pouvoir restaurer les écosystèmes dégradés ou détruits ainsi que la conservation de cet écosystème qui, de jour en jour, on en perd un peu plus.

En tant que correspondant pays de ICAF, votre mot de fin

En tant que correspondant pays d’ICAF, je ne peux qu’encourager les uns et les autres à redoubler d’effort, vu que le Togo s’inscrit déjà dans une dynamique de pouvoir rehausser le couvert végétal, pour que nous puissions apporter un peu plus pour la préservation de l’environnement.

 

Propos recueilli par Hervé A.

Tag(s) : #INTERVIEWS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :