Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EPLUS MEDIAS 228

BENIN / FAUNE : LES 608 HIPPO DU PARC NATIONAL DE PENDJARI VONT BIEN

Les hippos du Parc de pendjari / Photo : Marcus Westberg

La protection des espèces menacées est devenue chose plus importante dans les pays qui regorgent encore de ces espèces. Au Togo, les sites de la réserve de Biosphère transfrontière du mono sont depuis 2016 sous surveillance. Récemment un texte de loi a été validé pour renforcer la sauvegarde et la protection.

Aujourd’hui au Bénin, il est facile de reconnaitre le nombre des hippopotames qui résident dans le Parc National de la Pendjari depuis le début de cette année 2021. Au total, 608 hippopotames ont été dénombrés au Parc national de la Pendjari cette année. Le système mis en place pour la protection et la sauvegarde a été partagé avec les Ivoriens le 23 juin2021.

La Côte d'Ivoire, avec ses projets d’élargir ses sites, voir ces ressources de faunes s’agrandir et contribuer à l’harmonisation dans l’écosystème naturel, a décidé de s'inspirer des progrès du Bénin. Le ministre des Eaux et Forêts de la Côte d'Ivoire, Monsieur Alain Richard DONWAHI a visité le Parc national de la Pendjari au Bénin afin d’échanger avec les autorités en charge du Bénin.

Ces amphibiens jouent un rôle majeur dans le transport du carbone et des nutriments et constituent des éléments importants de l'écosystème naturel. L'Hippopotame amphibie ou Hippopotame commun (Hippopotamus amphibius) est une espèce de mammifère semi-aquatique d'Afrique sub-saharienne et l’une des deux dernières espèces existantes au sein de la famille des Hippopotamidae, l’autre étant l’Hippopotame nain. L'Hippopotame commun est reconnaissable à son buste en forme de baril, sa gueule qu’il peut très largement ouvrir pour révéler de grandes canines, son corps dépourvu de poils, ses membres semblables à des colonnes et leur grande taille ; les adultes pèsent en moyenne 1 500 kg pour les mâles et 1 300 kg pour les femelles, et certains spécimens atteignent jusqu'à 2,7 tonnes,

Avec ce nombre important recensés dans le Parc National de la Pendjari, l’on peut s’en réjouir mais il faut d’ores et déjà plus d'investigation pour connaître l'état des populations d'hippopotame en dehors des aires protégées et garantir leur santé et la sécurité des hommes.

La rédaction

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article