Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La formation des journalistes femmes sur les questions environnementales qui se déroule à Atakpamé (158 Km au nord de Lomé), prend fin le samedi 24 juillet 2021. Le vendredi 23 juillet, les participants ont effectué une visite dans la forêt communautaire d’Abotessè, plus de 8 km à l’Est de la ville d’Atakpamé.

Les plus d’une quinzaine de femmes journalistes prenants part à l’atelier qui porte sur « les femmes au cœur de la communication environnementale » du 22 au 24 juillet 2021 à Atakpamé, ont effectué une visite de terrain dans la soirée de vendredi sur l’un des sites de l’ONG ODIAE dans le village d’Abotessè.

Situé à plus de 8 km à l’Est de la ville d’Atakpamé sur la route de Nangbéto, le village Abotéssè a en son sein une forêt qui porte son nom « Forêt Communautaire ABOTESSE ». Existant depuis plusieurs siècle avec une protection des ancêtres dudit village, la forêt Abotéssè a, depuis trois (3 ans) déjà eu grâce aux yeux de l’ONG ODIAE pour sa restauration en diverse espèces végétales afin d’encourager les autochtones à la conserver plus longtemps.

D’une superficie de 37 hectares, la forêt communautaire d’Abotéssè entoure le village. C’est un système de protection mis en place par les aïeux afin que tous les habitants soient en sécurité. De nos jours, elle intéresse l’ONG ODIAE qui vient en aide au village pour sa protection et restauration. « Nos grands-parents l’avaient gardé pour protéger le village. Aujourd’hui, quand ODIAE est venue et l’a vu, les responsables ont décidé de nous aider à mieux la protéger car ils ont dit que cela va nous apporter beaucoup de richesse » a expliqué Togbui ODAH Koffi.

Ces populations vivent de l’agriculture et de la forêt, et pour sauver vraiment la forêt, l’ONG ODIAE a fait don de bélier, des volailles etc. pour aider les habitants à ne pas couper les arbres de la dite forêt. « Cela fait déjà 3 ans que l’ONG nous soutient. Ils nous ont conseillé à ne pas couper les arbres, c’est pourquoi, ils nous ont donné des béliers et des coqs pour l’élevage. Nous avons aussi, avec leur aide, installé des huches dans la forêt pour l’apiculture. Nous tirons déjà des profits de cette forêt » a ajouté Togbui ODAH Koffi, le chef du village Abotéssè.

Au cours de cette visite de terrain par les journalistes femmes, plusieurs plants ont été mis en terre pour le regarni. Au total, 75 plants de Gmelina et Khaya ont été reboisé pour restaurer les parties qui manquent d’arbres.

La forêt communautaire Abotéssè constitue une richesse inépuisable pour ledit village. Avec l’engagement de sa conservation, les habitants s’estiment heureux des visites des membres du gouvernement en charge de l’environnement et d’autres ONG qui luttent pour la promotion et la protection de l’environnement.

Hervé (de retour d’Abotéssè)

Tag(s) : #REPORTAGES
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :