Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le bureau du Chef d'Arrondissement de Kpinnou

L’information a fait le tour des réseaux sociaux à partir du lundi 21 mai 2018. Il s’agit de la mort d’une grande quantité de poisson dans le Lac Toho qui se situe à Kpinnou, arrondissement de la commune d’Athièmé au Bénin. Les écrits révèlent qu’un poison aurait été versé dans ledit et aurait causé ce grand drame.

Ce qui se montre sur la toile est-il vrai ? Que s’est-il réellement passé ? Est-ce qu’un poison aurait été réellement versé dans le lac Toho ? Qui aurait dû causer ce malheur à la population de Kpinnou ?

Toutes ces questions ont poussé la rédaction de notre plateforme Nature Environnement à faire le déplacement sur le lac Toho (Bénin) à plus 17 km d’Afagnan (Togo) le jeudi 24 mai 2018 afin d’acquérir la vérité des faits.

L’histoire remonte jusqu’à jeudi 17 mai 2018. Les populations de Kpinnou, arrondissement d’Athièmé se sont réveillées avec un évènement pas comme des autres jours. Le Lac Toho d’une couleur verte s’est transformé en rouge de part et d’autres sur plus de 2 km. L’évènement n’a pas fait vent dans l’arrondissement jusqu’au lendemain où le pire commença.

Les faits racontés par le Chef d’ Arrondissement de Kpinnou, Saturnin Kokou DANSOU. C’est un entretien avec l’envoyé de ANEDD.

Les Installations d'aquaculture de M. Olivier

Bonjour monsieur le C.A de Kpinnou, Saturnin Kokou DANSOU. Que s’est-il réellement passé dans le Lac Toho ?

Cette nouvelle est très regrettable ; quand il s’agit de ces nouvelles pour votre population, en tant que C.A (Chef d’Arrondissement) vraiment ce n’est pas bien à entendre. C’est depuis environ une semaine et le constat qui est fait c’est que l’eau du Lac est entrain de changé de couleur. En fait, le Lac Toho a une couleur en quelque sorte verte mais depuis un moment ça commencé par changer de couleur et c’est devenu un peu plus rouge et au même moment les mousses qu’on constate sur l’eau ont pris aussi la même couleur. En réalité ça ne nous a rien dit au début parce qu’on a jamais vu ce genre de chose ; c’est quand les poissons ont commencé par mourir surtout dans la ferme d’un monsieur qui fait la pisciculture dans le Lac un peu plus haut par ici c’est là où le phénomène est un peu plus accentué. On donc constaté que dans son étend beaucoup de poisson sont morts. Le ministre de l’agriculture de l’élevage te la pêche a été informé. Il a fait diligence et il est venu sur le terrain avec son équipe technique, direction départementale de l’agriculture et de la pêche, la mairie a été informée et nous sommes allés sur les lieux. Ils ont fait le prélèvement de l’eau et des poissons et ils partirent au laboratoire pour faire les analyses. Maintenant nous sommes là et on attend les résultats. Pour le moment, toutes les activités sur l’eau sont interdites, on a fait des émissions radio, nous avons initié des sensibilisations avec toutes les populations, on a invité les pêcheurs, les chefs de village, on a expliqué la situation actuelle, la crise dans laquelle nous sommes, de stopper pour le moment toutes les activités de commercialisation, de consommation sur le Lac et dès que les résultats seront on verra la conduite à tenir.

Les filets de pêche qui ont pris la couleur de l'eau

Dans quel état se trouve toute la population de Kpinnou et environ ?

C’est une très belle question dans la mesure où l’activité principale de nos populations ici est la pêche. Vous savez, c’est dur, très dur mais nous sommes devant une responsabilité et c’est une question de vie. Et quand c’est une question de vie, on ne peut pas s’amuser avec, nos populations n’ont pas le choix dans la mesure où nous sommes là pour les protéger. Je vous rappelle que l’ANPC aussi était là avec leurs équipements pour faire l’essentiel. Nous avons donc pris soins de sensibiliser tout le monde que pour le moment, ce n’est pas bon de consommer les poissons ni les commercialiser et quand les résultats seront connus, on verra les mesures à prendre. Donc c’est dur à supporter mais on est obligé.

Après la version des faits selon le Chef d’Arrondissement de Kpinnou, notre équipe s’est rendu dans le village du près du Lac où nous avons rencontré un pêcheur de la quarantaine d’âge du nom de WOKOU-ZISSOU de Kpinnou-Zongo, un quartier en bordure du Lac. Voici leur discussion :

Bonjour monsieur, parlez nous de l’événement des poissons morts ici !

Ok, il faut dire que c’est un vent qui a soufflé et a balancé des ordures sur les installations d’un producteur qui se trouve en haut ici et ses poissons sont morts. Ce ne sont pas nos poissons qui se trouvent dans le Lac qui sont morts mais plutôt ceux qui sont élevés. Il faut dire que c’est aussi la chaleur parce qu’ils sont trop nombreux. Ce ne sont pas les poissons du lac qui sont mort c’est les poissons en élevage qui sont morts.

Nous avons donc préféré faire un tour sur les lieux d’exploitation. Après un peu plus de 1 km, nous sommes arrivés dans la ferme de monsieur Olivier ZAGA, le promoteur.

Vos poissons sont morts et le drame fait son petit chemin sur la toile. Chacun écrit tout ce qui l’intéresse. Dites-nous la vérité des faits !

Je suis Olivier ZAGA, exploitant agricole à Athièmé dans l’arrondissement de Kpinnou. La scène a commencé dans la nuit de mercredi 16 jusqu’au samedi 19 mai 2018, il y a eu une mort massive de poisson sur une partie du Lac Toho, le Lac sur lequel il y a nos installations piscicole. Moi j’étais en déplacement en famille à Lomé (Togo) et le vendredi un de mes proches étant venu pour prendre du poisson dans la même pour passer le week-end à Cotonou m’a appelé pour me dire que en venant sur mon site il a eu l’information comme quoi au niveau de la belge de Kpinnou, Azonlihoué et Etéhoué que des poissons seraient entrain de mourir et que des gens seraient entrain de ramasser et qu’il faudrait que je prenne des dispositions sur mon site. Je lui ai dit que mes installations sont dans le Lac et il me serait difficile de faire déplacer des tilapias. On n’a pas le choix donc c’était la prière pour que le drame n’arrive pas au niveau de nos installations. Le vendredi mes gars qui sont sur le site m’ont rassuré avec l’appel d’un piroguier qui m’a confirmé que l’endroit où les poissons étaient morts, que les gens ont encore pêché des poissons vivants que de ne pas m’en faire. Dans la soirée je l’ai rappelé et c’est en moment qu’il me disait que nos poissons sont morts. C’est là que j’ai décidé de me rendre au village. Au tour de 17 heures je suis arrivé à la ferme ; c’était du vrai désastre. On n’a perdu tous nos poissons. Voilà ce qui s’est passé.

A votre arrivée qu’avez-vous vue et fait ?

Après incinération des poissons(les résidus)

Quelques minutes après mon arrivée, le Directeur national de la pêche était aussi là et surement qu’il a été alerté par un de ses collaborateurs. Et c’est lui qui a commencé par dire aux pêcheurs de ne plus pêcher, que c’est sans doute toxique. Et nous on était déjà entrain de sortir les poissons des filets sur les belges.

Est-ce que vous avez aussi appris que l’eau a changé de couleur et était devenue rouge ?

Oui, l’eau a changé de couleur mais pas aussi fortement que ça. L’eau a pris une couleur rouge brique à certaine partie et cela peut se remarquer sur les nasses des pêcheurs qui pêchaient qui prirent une couleur rougeâtre.

Qu’est ce que le gouvernement du moins les représentants étaient sur les lieux ont fait ?

Voilà, déjà à l’arrivée, ils ont fait des prélèvements et des agents du laboratoire. Disons que le ministre était arrivé au lendemain avec une équipe du laboratoire national avec à sa tête son directeur. Ils ont donc fait un prélèvement et puis à l’heure où nous parlons on attend les résultats afin de savoir la nature du produit qui a causé le désastre.

Poissons frais pêchés le jeudi dans le Lac Toho

Sur la toile, on aurait appris que c’est votre installation qui a infecté l’eau. Qu’en dites-vous ?

Je vous dirais que nous attendons les résultats et dès que nous rendons en contact avec ces résultats on saura quoi faire. Sur les réseaux sociaux il y a désinformation. Vous êtes arrivé et vous avez vu nos installations. Est-ce que nous avons un étang ici. Je ne crois pas alors que les gens disent que nous avons ouvert que nous nous utilisons dans le Lac et que c’est nous qui avions infecté l’eau. Nos installations comme vous les voyez sont dans le Lac et il est incompréhensible d’ouvrir un lac dans un lac. Il faut que les gens viennent voir les choses avant de dire du n’importe quoi sur les réseaux sociaux. La personne qui vérifie les faits a toujours la vérité.

Les poissons frits jeudi 24 mai dans la matinée

En effet notre visite à Kpinnou, arrondissement d’Athiémè au Bénin nous a permis de faire un tour sur le Lac Toho afin de voir la couleur de l’eau et de voir si les poissons y sont encore. Après un tour de 10 à 15 minutes, nous avons constaté que la couleur de l’eau était revenue à la normale, donc, verte et non plus rouge. Aussi nous avons constaté des poissons vivants que des pêcheurs ont pêchés sous nos yeux. Ils l’ont frit et consommer devant nous.

Tout compte fait, le gouvernement de Talon a interdit toutes activités sur le Lac afin de vérifier par les analyses la source du drame et situer les responsabilités. En attendant ces résultats, toutes les activités économiques dans Kpinnou sont suspendues.

Hervé ADJAHO, de retour de Kpinnou (Athièmé-Bénin)

Tag(s) : #DOSSIERS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :